Et je n’ai pas passé mon CAP couture

A l’automne dernier, je me posais la question de ce que je voulais faire de ma vie.

En arrêt maladie depuis presque 6 mois, je savais que les opportunités d’emploi dans les environs étaient quasi nulles, et je me disais qu’un déménagement à prévoir compliquerait encore plus les choses (et je n’avais pas tort!).

J’ai décidé de sauter le pas et réaliser un vieux rêve, celui d’obtenir un diplôme dans la couture. Je me suis donc inscrite au CAP couture en candidat libre.

L’hiver est arrivé, et avec lui ses tempêtes de neige et le froid glacial.

Isolée dans un petit village, loin de tout, il ne m’a pas fallu longtemps pour déprimer, et surtout douter.

Janvier a amené le retour de la dépression, et si les sorties régulières en raquette m’aidaient un peu, j’ai très vite négligé les révisions, et pris un retard difficilement rattrapable.

Et en février nous avons enfin eu la nouvelle tant attendue. Une place se libérait dans un logement, près d’un secteur où nous avions fait une demande, et les préparatifs du déménagement m’ont pris trop de temps pour que je puisse rattraper mon retard.

Et aujourd’hui?

J’aurais normalement du être quelque part dans une salle d’examen, mais j’ai décidé de ne pas me présenter. C’est étrange mais ce rêve que j’avais aujourd’hui est devenu plus lointain, comme si j’avais tourné la page. Aucun regret, pas le moindre pincement au cœur en me disant que je ratais ma chance.

Ma vie a évolué, dans une direction différente. Un diplôme et un possible avenir dans la couture comme professionnelle ne font pas partie de mes projets.

Je ne regrette pas de m’être inscrite, parce que je n’aurais certainement pas eu cette prise de conscience sur ce qui est important ou pas pour moi.

Alors les nouveaux projets, le futur, tout va se mettre en place, et les choses vont continuer, comme elles le doivent…